BAYA Life: Notre processus créatif

0 Actions
0
0
0

Aujourd’hui Agnès, co-fondatrice et directrice artistique de BAYA, prend la parole pour nous partager les détails du processus de création au sein de la team créa.

Comment le thème de chaque collection est-il choisi ? Comment la team créative crée-t-elle les motifs ? Combien de temps cela prend-il ? Est-ce qu’elles font tout elles-mêmes ? Comment se décident-elles pour le choix final d’un tapis ?…

Tant de questions passionnantes que l’on pourrait se poser quant à la création des produits BAYA.

Allez, Agnès nous répond de ce pas ! 🙂

“Chez BAYA, depuis nos tout début, nous créons de A à Z les motifs de nos tapis et accessoires. C’est quelque chose qui nous tenait très à coeur, ma profession première étant graphiste. :)”

Je vais donc vous expliquer notre processus de création, dans l’ordre chronologique des choses.

 

Pourquoi un thème par collection ?

Les thèmes de collection nous servent avant tout à mettre en avant les idées créatives qui nous inspirent et que l’on trouve intéressantes à associer à la pratique du yoga et de la méditation. Tel un fil d’ariane, il est un guide précieux pour nous aider à trouver l’inspiration, pour créer et qui oriente également nos campagnes de communication. Par exemple, avec Terra, nous parlions de la notion d’ancrage et de notre lien avec la Terre ; avec Respire d’un moment pour prendre du recul, de la hauteur.

sUYYmPh-3R49wpMjqZerp45InzntK0SzMe9qu5pG

 

Comment trouver ce thème ?

Il y a plusieurs façon de trouver un thème :

– Hortense et moi, avons parfois des thèmes qui nous tiennent à coeur. Depuis le début de BAYA par exemple, nous avions envie de créer la collection Respire, mais l’inspiration a mis du temps à venir, il fallait que je murisse l’idée et que je m’imprègne du sujet.

– Parfois, ce sont des choses que l’on voit et qui nous interpellent. On aime ça par ici, ça par là et encore ça là-bas. C’est un grand mélange de découvertes visuelles que l’on partage et soudain un thème devient évident.

– Ça peut être aussi en fonction des saisons. Par exemple Aqua et Colour Block, deux collections aux couleurs vives et fraîches, nous semblaient adéquates pour le printemps, pour un regain d’énergie après un hiver un peu long. Sahara et Los Angeles, qui ont été deux collections de fin d’été et début d’automne, pour faire durer encore un peu la chaleur de l’été avec douceur et apaisement, afin d’accueillir l’hiver avec sérénité.

– Enfin, nous pouvons faire notre choix en fonction du type de traité graphique que nous voulons. Si ce sont des motifs assez chargés et colorés, on va s’inspirer de l’Amérique du Sud, du Maghreb ou de l’Afrique par exemple. Si l’on cherche au contraire à laisser parler un pinceau ou du dessin, peut être que ça sera plutôt l’Asie ou l’Europe du Nord. Enfin, c’est ainsi que je vois les choses quand je pense à certains pays. 🙂

 

Inspirons-nous

Une fois que l’on a choisi notre thème et avant de commencer nos créations, Margaux, Laurie-Anne et moi (la team créa), faisons beaucoup de recherches pour s’inspirer. Il faut compter 2, 3 jours en général.

On cherche des images d’architecture, d’artisanat, de décoration d’intérieur, de prêt-à-porter, des paysages, des natures mortes, des oeuvres d’art, de la sculpture, du design d’objet, des couleurs, des illustrations, des animaux, des végétaux… On traîne sur des sites internet, on prend des photos dans la rue, on va dans des librairies, on observe la nature, des vitrines, des magazines, des peintures… Parfois sans plus s’en rendre compte d’ailleurs, comme une sorte d’automatisme. 🙂

Ainsi, notre mémoire visuelle va intégrer beaucoup de formes et de contre-formes, de couleurs, de matières, de courbes, de techniques plastiques et notre cerveau va petit à petit arriver à créer une nouvelle image unique.

C’est comme un puzzle : on assemble des petits bouts de choses qui nous semblent belles, qui nous procurent des sensations, qui nous marquent, jusqu’à arriver à une idée très précise de ce qu’on voudrait créer.

OUBsVO-celnUJYFWLIOnEfInsBVC2aFYh94oJn3y

 

À nos pinceaux et tablettes graphiques !

Lorsqu’on a trouvé une idée précise de notre futur design, il faut passer à la réalisation. C’est là pour moi le moment le plus difficile car parfois quelque chose qui nous apparaît très clairement devient une montagne à exécuter. On fait des tests et des tests mais on obtient jamais vraiment ce que l’on avait imaginé. Parfois un problème d’outil, de savoir-faire, de goût ou encore de temps. En général, il faut compter 1 à 2 semaines de création.

Puis à contrario, ça peut d’autres fois aller très vite et se passer sans encombre. C’est là la magie de la création : rien n’est jamais acquis, rien n’est jamais stable. Souvent d’ailleurs ça va beaucoup dépendre de notre humeur, notre énergie, notre disposition mentale.

UuBzAOXCLRitqkiYEEqr0n_rOSNGTsR2onpP9Pta

Qu’il s’agisse d’ailleurs de peinture, de cinéma, de théâtre, de danse, etc., l’Art est identifié comme une création venant de l’homme (contrairement à la nature par exemple) et qui émane donc d’une expression personnelle.

Chez BAYA, nous utilisons des outils plastiques comme la peinture (designs Moorea, Kerala, Séville, Reykjavik, Sahara…), la linogravure (design Bélem) ou le dessin (design Fidji, Yaoundé…). Ensuite, nous les prenons en photo et les retravaillons sur ordinateur, en modifiant les couleurs, le traité, en les vectorisant (technique permettant de passer d’une image en pixels à un dessin numérique en vecteurs) ou les superposant.

fJPhMtOnGFGNxVdLfvAXauSYGRs-QeTaJw64mQ6S

Si ça n’est pas plastique, c’est directement numérique, c’est à dire que nous allons tout faire à l’ordinateur.

Soit nous créons directement un design en dessin vectoriel (designs Tanger, Tulum, Rio…), soit nous allons travailler à partir d’un mélange de photographie, d’aplat de couleur et de dessin vectoriel (design Los Angeles, Uloya, Miami, Alpnach…).

GQopm0pKdYDx81T8vs2kTUwIpV4uUZo0s8bG2Iam

 

Tests, tests, tests !

Une fois que l’on a notre base, on va créer de multiples versions du design, en bougeant les éléments et en changeant les couleurs. Cela peut prendre 1 ou 2 jours de plus. Plus on aura de tests, plus il nous sera facile de faire un choix. On éliminera d’abord ceux qui ne nous ne plaisent pas, pour garder les meilleurs.

3Ivc_Q_Bb8aJ2GffpRT-sOndxJhcH79RG7pQHQfH

 

Le choix final

C’est ensemble, Hortense et moi, que nous allons discuter des meilleures versions. Parfois c’est simple et évident, on a UN coup de coeur et le choix est fait.

D’autres fois, chacune a un coup de coeur différent alors on va les faire voter au reste de l’équipe. S’il y a égalité (c’est assez rare), on fait participer notre communauté en story Instagram ou bien nos ambassadeurs-drices. C’est arrivé par exemple pour les designs Miami et Biarritz. 🙂

Enfin, il arrive aussi que parmi les meilleurs, rien ne nous semble vraiment abouti. Alors on discute et ensemble on arrive toujours à trouver le petit élément manquant.

La discussion et le partage sont des aspects essentiel du processus créatif car parfois le-la graphiste peut avoir un manque d’inspiration, commencer à tourner à rond et ne plus trouver d’idée, de solution. A plusieurs on trouve toujours.

Parfois, il nous suffit aussi d’une bonne nuit de sommeil et d’un oeil neuf pour au petit matin avoir une révélation ! 🙂

 

Des tapis mais pas que !

La base du support de création est le tapis, car c’est une surface plane de grande dimension et qu’il est notre produit phare chez BAYA.

Alors une fois que le design du tapis est terminé, on va le décliner sur d’autres formats pour en faire des coussins de méditation, bolsters, eye pillow, housse pour tapis, sangle, etc…

J’en discute avec Emilie (en charge des achats et de la gestion des stocks chez BAYA), qui va m’informer des produits qu’il serait judicieux de commander en fonction de notre état des stocks.

Après ça nous allons choisir tel motif à décliner sur tel ou tel produit.


wGXQXTq8dkssVN3R9w8CL9GRscEOiyyD9D3s9hYz

 

Lancement des prototypes

Emilie va envoyer à nos fournisseurs les fichiers imprimables afin qu’ils puissent faire des tests d’impression.

Dans un premier temps, par photo, je peux voir si les couleurs semblent être fidèles à nos créations ou si nous avons des retouches à apporter. En effet, chaque technique d’impression est différente et utilise son type d’encre.

Aussi, chaque matériau (microfibre, PVC, coton,…) n’absorbe pas l’encre de la même façon, ce qui fait que les couleurs peuvent parfois sembler plus claires ou plus ternes que celles de nos fichiers sources.

ItbjkutzguLhfzWQtfi8_Af4IOyumkdKfDs74o0v

 

Réception des prototypes validés

Une fois que j’ai validé les prototypes d’après photo, je les reçois à mon bureau et peux les vérifier une dernière fois en vrai.

La plupart du temps, le rendu est validé et nous lançons alors la production finale. En attendant l’heureux jour de réception de notre production (en général 2 mois plus tard), j’utilise ces prototypes pour faire les shootings photos et tournages vidéos et préparer les campagnes de communication des prochains lancement de collection.

YwrWrA6syjAzOQKIV5ruXQmfZqcN0WXJWfIfMhWb

Organisation de nos shootings, voyages à travers la France, backstages et de la création graphique, tout ceci est un autre gros sujet créatif chez BAYA que nous aborderons dans un prochain article.

En attendant, vous savez tout sur notre façon de faire et comprendrez tout l’amour que nous mettons à créer de beaux produits qui (on l’espère fort) saurons créer chez vous un tout petit tourbillon d’émotions !

 

À très bientôt sur nos tapis !

0 Actions
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez aussi aimer