Comprendre le pranayama et ses bienfaits

0 Actions
0
0
0

Envie de retrouver un nouveau souffle ? La sortie de notre nouvelle collection Respire est l’occasion de vous recentrer sur vous-même. Profitez de l’hiver pour ralentir, prendre soin de vous et faire une introspection… Rendez-vous sur votre coussin de méditation pour tester le pranayama !

Découvrir ses origines

Le pranaya-quoi ? Vous avez certainement déjà entendu parler de cet ensemble d’exercices de respiration profonde aux nombreuses vertus ! Cela fait partie intégrante du yoga  : c’est l’une des huit branches du yoga, elle se situe après les asanas (les postures) et avant la méditation. 

D’après les traductions issues du sanskrit, le pranayama désigne la maîtrise (yama) de la force vitale (prãna). Cette force vitale se trouve dans l’air que nous respirons, elle nous entoure constamment. C’est par l’inspiration qu’elle entre dans le corps et c’est à force de s’exercer, en travaillant sur notre respiration par le biais de différentes techniques, que nous parvenons à la contrôler. L’objectif, c’est d’atteindre un équilibre entre nos émotions, nos pensées et notre corps pour mieux nous sentir dans notre quotidien.

Etape 1 : apprendre à respirer

La première phase de l’apprentissage du pranayama consiste à s’habituer à respirer par le nez, à prendre ses inspirations dans le ventre (respiration abdominale) et non dans la cage thoracique. Cette dernière nous permet de respirer plus rapidement lorsque nous sommes confronté·e·s à des situations d’urgence ou d’activité physique intense. Cela augmente notre rythme cardiaque, voilà pourquoi, face à une situation stressante, notre souffle a tendance à s’intensifier. A l’inverse, on remarque qu’il s’apaise naturellement dans des moments de calme et de joie. On comprend bien ici le lien entre la respiration et notre état mental et physiologique. 

Pratiquer régulièrement le pranayama permet d’apprendre à allonger son souffle par le biais de respirations plus lentes et amples ; les poumons acquièrent une plus grande élasticité. Notre corps élimine les tensions inutiles et notre esprit aussi ! C’est ainsi que nous pouvons tendre vers un quotidien plus sain et agréable.

5zJi_HOEfD2uWtbUBrO_3ax3Zq41TmtQ-1x6Ctmf

Etape 2 : à chaque exercice ses bienfaits

Maintenant que vous connaissez les bases, et si on vous trouvait une pratique ? Il existe sept types de pranayama très courants, correspondant à des exercices plus ou moins lents ou énergiques, avec une ou deux narines, en respiration continue ou fractionnée. Une alternance des techniques est conseillée pour développer un maximum de bienfaits dans le temps. On peut aisément associer certains types de pranayama à des bénéfices spécifiques :

– Kapâlabhâti, dit “le souffle de la lumière dans le crâne”

Son premier objectif est de désencombrer le mental, relâcher le stress qui s’accumule au quotidien pour se sentir plus léger·ère faire le plein d’énergie et libérer son intuition.

– Ujjâyi, la “respiration de l’océan”

Une respiration que l’on pratique sans le savoir durant son sommeil ! En pleine conscience, c’est un exercice très utile pour apprendre à maîtriser sa respiration en toutes situations et améliorer sa digestion. Il limite les angoisses et la timidité, favorise la force et le sentiment de sécurité, stimule la concentration et les capacités intellectuelles.

– Bhastrikâ, dit “le Soufflet du forgeron”

Cet exercice est très complet et puissant car il combine les techniques Khapâlabhati et Ujjâyin. Il est particulièrement purificateur et permet notamment d’améliorer la digestion, de détendre son corps des contractions musculaires du dos, des épaules, du ventre…

– Sama Vritti, “la respiration équilibrée”

Cette technique équilibrante est très utile contre la spasmophilie et pour améliorer son sommeil. Particulièrement intéressante aussi pour les personnes sensibles et nerveuses car elle permet de réguler le rythme cardiaque et ainsi de prévenir les maladies cardio-vasculaires.

– Visamavritti, la “respiration complète”

Une respiration lente, intéressante pour soulager l’asthme, le diabète ou les maux de tête.

– Nâdî Shodana, la “respiration alternée”

Idéale pour explorer de nouveaux exercices lorsque l’on maîtrise la respiration complète. Cette pratique permet d’équilibrer les flux d’énergie du corps, son yin et son yang (sa force féminine et sa force masculine). Les bienfaits : une meilleure concentration et un renforcement de son système immunitaire, ce qui favorise la digestion et prévient les troubles pulmonaires.

– Shîtalî, une “respiration rafraîchissante”

Ce exercice permet de rafraîchir corps et esprit en accédant aux zones de notre cerveau qui régulent notre température. Il favorise le ressourcement et la réduction des tensions nerveuses telles que l’asthme, l’anxiété l’hyperémotivité…

Il existe de nombreuses autres pratiques du pranayama ! En plus des bénéfices qui leur sont propres, elles ont en commun : l’élimination des toxines grâce à l’oxygénation des muscles, un mieux-être à la fois sur son tapis de yoga et dans son quotidien ainsi qu’un meilleur équilibre entre les phases d’action et les moments de détente.

Etape 3 : paré·e·s pour commencer ?

MMhHbN9pxt5598Duf5ybf0R5xH4-HZLg2Txd_8Gp

Pour s’initier et pratiquer le pranayama, plusieurs possibilités :

– Auprès d’un professeur de yoga, notamment en cours de Hatha, de Jivamukti et de Kundalini (où les asanas et le pranayama se pratiquent en simultané) ;

– Par la méditation (guidée ou non) ;

– En s’initiant soi-même grâce à des livres, des applications ou des tutos comme celui que nous vous proposons ici. La technique utilisée dans cette vidéo est Nâdî Shodhana, celle de la respiration alternée.

Dernières infos avant de vous laisser filer votre votre (première ?) pratique ! Nous vous proposons de prendre connaissance de ces quelques précautions pour tirer le meilleur parti du pranayama :

– Ne vous forcez pas à faire les exercices ; ils sont utiles et sains lorsque l’on est en forme et que notre état de santé est favorable (attention aux femmes enceintes).

– Soyez à l’aise avec le fait de faire des pauses si vous ne vous sentez pas bien.

– N’hésitez pas à vous moucher avant le début de votre pratique pour désencombrer votre nez et rendre votre moment plus agréable et productif.

– Privilégiez plutôt une pratique le matin ou le soir avant le repas (c’est-à-dire après une période de jeûne).

– Assurez-vous d’être bien positionné·e (allongé·e pour les débuts ou assis·e avec le dos bien droit) tout en restant bien détendu·e.

– Prenez toujours plaisir à vous retrouver avec vous-même et félicitez-vous de ce temps précieux que vous vous accordez et qui portera bientôt ses fruits…

Parce que vous avez envie que 2020 soit une année sereine et douce, nous avons choisi Respire comme thème pour notre nouvelle collection. Découvrez nos deux dernières créations dans cette vidéo, également idéale pour prendre un grand bol d’air frais !

hRgSC1_udP6LiaefEQGB_Uh1MK7uUMIinD698ALx

0 Actions
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez aussi aimer

Les 7 Couleurs des Chakras

Le printemps pointe enfin le bout de son nez… à nous les journées ensoleillées, les arbres en fleur…

Petit lexique de yoga

Vous êtes nouveau dans votre studio de yoga et certains termes vous sont encore méconnus ? Pas de…